2016 in review

2016 a été plutôt normale pour moi, à la différence de 2015 où je me suis retrouvée à l’autre bout du monde. Ironiquement, j’ai fait le voyage deux fois en 2016 mais je reste au même endroit où j’étais début 2016. Heureusement, j’ai fait plein d’autres trucs !

2016 was rather normal for me, unlike 2015 where I literrally shiped myself to the other side of the world. Ironically, I did it again and back twice in 2016 but that’s not all!

 

 

January: Mon premier nouvel an au Japon, mon premier osechi, mon premier hatsumôde et un début d’année plutôt normal. La chose moins normale est que je suis allée me balader en Nouvelle Calédonie. J’ai vu des raies manta et un groupe de plus de 20 requins durant une plongée épique qui aurait pu mal finir si j’étais pas parano et ne regardait pas ma jauge d’air tout le temps.

My first new year in Japan, my first osechi, my first hatsumôde and generally a rather normal start of the year. The less normal thing is that I have done is having gone over to New Caledonia, seeing black mantas and over 20 sharks in an epic dive that could have ended really badly had I not closely monitored my air supply.

 

February: Première neige depuis un bout de temps, et premier passage à Hokkaido en hiver ainsi que mon premier festival de la neige. Tout ce que je peux dire c’est que j’ai tellement apprécié que je compte bien y refaire un tour cette année (les tickets sont déjà achetés ^^)

First snow in a while, also first Hokkaido in Winter and first Snow Festival. I can only say that it was epic enough for me to really want to go again this year (the plane tickets have been bought!).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

March: Un mois assez épique en soi. J’ai dû retourner en France pour changer de visa, ça m’a rappelé pourquoi je suis venue au Japon, ça m’a aussi rappelé que j’aime ma famille, mais uniquement de loin.

Epic in that I had to go back to France temporarily for visa purposes, reminded me of why I came to Japan in the first place, also reminded me that I like my family but from far away.

 

April: Début de ma nouvelle vie d’étudiante après une pause de quelques années et la promesse de ne plus retourner à l’école. C’est plus marrant que ce que je pensais, un peu ennuyeux puisque ne sachant pas lire le japonais j’ai dû tout reprendre depuis le début, mais je rencontre des nouvelles personnes tout le temps et j’aime assez mes profs.

Start of my new student life after a pause. It’s funnier than I expected, a little boring because I had to start everything from the start being unable to read but also pretty fun in that I get to meet new people every three months and that the teachers are pretty fun to talk to.

 

May: Petit voyage dans la région du Tôhoku pendant la Golden Week. Je ne crois que j’arriverais à expliquer à quel point j’ai aimé ce voyage en si peu de mots. Ca a été ma première fois dans un ryokan avec onsen, ce ne sera pas la dernière. Ce voyage m’a fait prendre conscience du fait que je n’ai pas le mal du pays, j’ai le mal de la campagne, je me sens déprimée quand je ne peux pas aller faire un tour dans la campagne et la région du Tôhoku est parfaite pour ça, c’était même calme et reposant pendant la période de la Golden Week qui est l’une des plus dense au niveau touristique.

Tôhoku trip during the Golden Week. I don’t think I can express how much I loved this trip in so few words. It was my first time in an onsen ryokan, it definitely won’t be the last (actually there’s another episode later). This trip made me realize that I’m not homesick, I’m countryside sick. I get depressed when I can’t get to the countryside and the Tôhoku region was perfect for this, especially since even during the Golden Week it was really calm and peaceful.

 

June: Premier anniversaire avec le boyfriend. Rien de palpitant à ajouter à ça, j’ai passer mon temps à l’école.

1st year anniversary with the BF. Nothing much to add to this, pretty calm month, I kept on going to school as usual.

 

July: Okinawa ! J’ai passé le voyage à faire de mon mieux et passer mon AOW. Je peux donc maintenant plonger plus profondément, yeah ! On a aussi fait un tour par Zamami que j’ai trouvé plutôt bof.

Okinawa! I spent the trip getting my advanced open water license. We still managed to go visit Zamami island which was pretty underwhelming.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

August: Les vacances d’été ont été une excuse parfaite pour faire le tour de l’île de Shikoku et ses 4 préfectures. J’ai aussi pu voir les danses locales, Awa Odori à Tokushima et Yosakoi à Kochi. J’ai aussi plongé à Kochi à un endroit où apparemment ne vont que les super fans, quand on voit le temps et l’énergie qu’il faut pour aller là bas, c’est vrai. C’était cependant vraiment bien, j’ai beaucoup apprécié l’expérience.

The summer holidays were the perfect excuse to go to Shikoku for a tour of the 4 prefectures, seeing Awa Odori in Tokushima, seeing Yosakoi in Kochi and diving in Kochi. It seems that we dived in a place for maniacs and, considering the time and energy it took to get there, it’s definitely a place for maniacs. It was still very much worth it and I enjoyed every part of it.

 

September/October/November: Pas grand chose à dire de ces mois, je suis allée en cours, j’ai passé les exams que je devais réussir, normal quoi.

Nothing much to report during these months, I went to school, I passed everything I needed to pass, business as usual.

 

December: Je suis rentrée en France avec le BF pour lui montrer et pour le présenter à ma famille. Ca s’est plutôt bien passé. Ma mère est apparemment tombée amoureuse de lui aussi, elle a pas changé par contre. J’attends toujours qu’elle me demande s’il y a du nouveau dans ma vie alors qu’elle m’a racontée tout ce qui n’allait pas dans la sienne, celle de sa soeur et celle de mon frère.

Went back to France to show the BF and introduce him to my family. Went well, mother apparently fell in love, she’s still as usual though, I’m still waiting for her to even ask if there’s anything going on with my life while I know everything that’s wrong with hers, her sisters and my brothers.

 

Qu’est ce qui est donc prévu pour 2017 ? Pour le moment, aller en cours, on a déjà prévu d’aller à Hokkaido le mois prochain, à Okinawa (encore) en mars et apparemment en France en décembre. A part ça, je vais essayer de mettre les choses à jour un peu plus par ici.

So, what’s in store for 2017? Going to school as usual, we’ve already planned a trip to Hokkaido next month, to Okinawa in March and are apparently going back to France next December. Other than that I promise to update the blog, or at least I’ll try to.

Food and Japanese winter

Laissant les fêtes de fin d’année de côté, comme dans tous les pays le Japon a également ses nourritures propres à l’hiver. Que ce soit simplement parce que les produits sont de saisons ou parce que ce sont des plats qui réchauffent, tous les plats ci-dessous sont consommés en hiver.

Leaving aside the usual holidays, like in every other country, Japan also has its wintery foods. Some are just because the produce are in season, some because it heats you put, everything in there has a common point, it’s eaten in winter.

 

Nabe

C’est LA nourriture de référence en hiver. Chaud et convivial, chaque famille a sa recette. On partage en famille ou entre amis, voire même tout seul, une grande marmite où sont cuits ensembles légumes, poissons, viande, tofu ou tout autre chose. Les supermarchés vendent tous des bouillons spéciaux et des kits avec les légumes et la viande déjà prêts.

C’est super facile à faire, il suffit de découper les ingrédients choisis, de les faire cuire dans un pot et de mettre le pot en question sur la table (de préférence sur un réchaud) où toute la famille se servira.

It’s THE reference in winter. Hot and friendly, every family has its very own recipe. It’s made in a big pot where you cook vegetables, fish, meat, tofu or anything else together, it’s big for one reason, because it’s made to be shared between a family or friends (even though there are one-person sized pot being made lately). Most supermarkets sell stock and already prepared kits with meat and vegetables already cut.

It’s really super simple to make, you just have to cut the ingredients of your choice, putting them to cook in a pot and put the put on the table, if possible on a portable stove, where all the family will take their share.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le shabu-shabu, où on trempe soi-même des fines tranches de viande et des légumes dans du bouillon, et le sukiyaki, dont le bouillon est tellement sucré qu’on le mange en trempant après ses ingrédients dans l’oeuf, sont d’autres variantes du nabe.

Shabu shabu where you put thin slices of meat and vegetables in broth, and sukiyaki where the broth is so sweet you need to dip your ingredients in egg, are other variations of the same dish.

 

Okayu

Prenez ça comme un risotto japonais en beaucoup plus mouillé. C’est souvent ce qu’on mange après un nabe pour se caler. On fait cuire le riz à part (le cuiseur de riz a un mode spécial), on le verse dans le nabe avec ses restes de bouillon et on en fait une soupe. C’est plutôt agréable à manger.

It’s like risotto done the Japanese way but a lot wetter. It’s often what you eat after nabe to make sure you’re full. The rice is done separetly (the rice cooker has a special mode), you put it in the pot you made the nabe in with its leftover broth and you have a soup. It’s pretty easy to eat.

 

Oden

C’est encore un plat cuit dans du bouillon mais cette fois à base de sauce soja. La cuisson est longue et très lente, un fait assez rare dans la cuisine japonaise. On trouve des stands d’oden toute l’année mais l’hiver est vraiment LA saison où on en trouve partout, y compris dans les combinis.

It’s yet another dish made with broth but this time it’s always made with soy sauce. It takes a long long time to cook, which is pretty rare with Japanese food. You can find stands that sell oden during the whole year but winter really is THE season when you can find it everywhere, even in combinis.

 

Yuzu et autres agrumes

L’hiver c’est la saison des agrumes partout, au Japon c’est celle du yuzu, un agrume typiquement japonais dont le goût n’est comparable à rien d’autre. Ca peut se mettre partout, dans le bouillon du nabe, dans les pâtisseries, avec du poisson et même dans le bain (là par contre on évite de le manger).

Autres agrumes consommées durant cette période : les mandarines. Manger des mandarines assis dans son kotatsu est une façon typique de passer les longues soirées d’hiver.

Winter is citrus fruits season everywhere in the world, in Japan, it’s yuzu season, a citrus fruit typical to Japan which taste can’t be compared to anything else. It can be used pretty much everywhere, in nabe’s broth, in cakes, with fish and even in the bath (though you’re supposed to avoid eating it in this case).

Other citrus fruits eaten during this season : mandarins. Eating mandarins while seating under the kotatsu is a typical way of spending the long winter nights.

 

Le crabe

C’est de saison, c’est bon, quoi demander de plus. Si en France on en trouve assez rarement, ici on en trouve partout, même sur les pizzas des grandes chaînes types Domino’s (et en plus c’est pas mauvais).

It’s in season, that’s enough said. If it’s rather hard to find in France, here you can find it everywhere, including on popular pizza chains like Domino’s (and it’s not even bad).

hokkaido crab crabe

 

Yakiimo

Non seulement les patates douces sont de saisons mais en plus les voir griller au barbecue sur les stands qui en vendent et devant les supermarchés réchauffent le coeur. Bref, c’est tellement chaud que je galère à en manger et quand ça devient moins chaud c’est tout de suite moins bon mais ça fait un bien fou et beaucoup de Japonais attendent l’hiver avec impatience juste pour pouvoir en manger.

Not only is sweet potatoe in season but seeing them being grilled on barbecues on stands or in front of the supermarkets heats up the heart as well. It’s so hot it’s actually hard to eat and when it gets less hot, it’s a lot less good but it feels really good. Many Japanese are waiting for winter just so they get to eat some.

 

Getting your fill of Christmas in Tokyo

J’ai l’impression que cette année le Japon se met un peu plus à l’heure occidentale pour Noël, plus que des publicités mettant en scène des couples, on voit de plus en plus de familles. Cela dit, c’est pas pour ça que les mentalités changent particulièrement. Noël au Japon c’est toujours une fête principalement pour les couples où on mange du poulet frit et des gâteaux à la fraise. Comme rien ne change particulièrement les endroits pour ressentir la magie de Noël ne changent pas vraiment non plus.

I feel like this year, Japan is tuing a bit more to the Western ways of Christmas, more than the usual ads with couples, we can see more and more families. That being said, the personality of people isn’t going to change that fast. Christmas in Japan is still a festival for couples when you eat fried chicken and strawberry shortcakes. As mentalities don’t change, places to feel the Christmas spirit don’t change much either.

 

Roppongi (Staion : Roppongi)

Aussi bizarre que ça puise paraître, la cité de la nuit se met à l’ambiance de Noël avec un marché allemand à Roppongi Hills et des illuminations dans le secteur. C’est très joli, on peut y boire du whisky et bizarrement ça rentre plutôt bien dans l’ambiance Roppongi, que je n’aime d’habitude pas du tout mais pour Noël je peux faire une exception.

As strange as it may seem the city of the night changes and gets some Christmas colors with a german Christmas market in Roppongi Hills and some illuminations around. It’s pretty, you can drink whisky and, strangely enough, it first pretty well in the Roppongi atmosphere I usually hate and can only bear during Christmas.

 

Christmas market in Roppongi

 

Sky Tree (Station : Oshiage Sky Tree)

Sky Tree a beau être construite au beau milieu de nulle part (pour un Tokyoite j’entend), son grand magasin, son aquarium et ses autres animations sont assez nombreuses pour vous occuper pendant un moment. Autre point positif, à Noël, la partie extérieure du 4e étage se pare des couleurs de Noël pour un spectacle de projection mapping à partir du 10 décembre ainsi qu’un marché de Noël. La tour elle-même se pare de couleurs très spéciales pendant cette période.

Sky Tree might have been built in the middle of nowhere (for someone living in Tokyo I mean), but its mall, its aquarium and its many other animations are numerous enough to last you for a while. Another good point is that for Christmas, the part of the 4th floor that’s outside gets a projection mapping show starting from December 10th and has a Christmas market as well. The tower itself also changes colors to reflect the Christmas spirit.

 

Ebisu (Station : Ebisu)

Le marché de Noël à Ebisu est minuscule, si vous voulez vraiment prendre un bain d’ambiance de Noël c’est pas forcément le meilleur endroit mais le sapin est joli et un énorme lustre Baccarat s’illumine sur la place.

Ebisu’s Christmas market is really small, if you really want to dive head first into the Christmas spirit it probably isn’t the best place to do so but the tree is pretty and a huge chandelier is hung up to give some light to the place.

Ebisu in Christmas with Baccarat chandelier

Omotesando (Stations : Jingumae, Omotesando ou Harajuku)

Pas vraiment un marché de Noël mais la rue d’Omotesando est illuminée de milles feux et ça met tout de suite du baume au coeur.

Not really a Christmas market but the main street of Omotesendo is sparkling and it gives an instant boost to anyone who’s watching.

 

Hibiya Park (Station : Hibiya)

Je n’y suis jamais allée mais on ne m’en a dit que du bien. Il commence un peu plus tard que les autres, le 16 décembre, mais il semble qu’il ait le support de l’ambassade d’Allemagne et l’endroit se prête plutôt bien à ce genre d’événement donc ça doit valoir le coup.

I’ve never gone there but I’ve heard many good things about it. It starts a bit later than the other ones, on December 16th, but it seems like it’s supported by the German Embassy and the place fits this kind of events so it should be really nice.

 

Akarenga (Station: Bashamichi)

Techniquement ce n’est pas Tokyo mais Yokohama, finalement peu importe, c’est relativement facile d’accès et l’ambiance est très agréable. L’endroit est un ancien entrepôt de briques rouges aujourd’hui transformé en centre commerciale, le marché a lieu sur la place qui se trouve entre les bâtiments, on peut y voir la mer et se promener dans l’ambiance plutôt européenne du lieu.

If you want to be precise this is not in Tokyo but in Yokohama but it doesn’t really matter does it? The thing that matters is that it’s quite easy to get to and the atmosphere there is really nice. The place is an old red bricks warehouse now transformed into a mall. The Christmas market takes place in the place between the two buildings, you can look at the see and talk a walk around in a very european atmosphere.

Yokohama red brick

Si ces endroits font des efforts particuliers pour Noël, il y a plein d’autres endroits où des sapins, des offres spéciales, des décorations sont mises en place. Se promener et tomber dessus par hasard est également très agréable.

If these places are working hard to spread the Christmas atmosphere, there are many other places where you can find Christmas trees, special offers and various decorations. Wandering around and findind those by chance is also something worth looking forward to.

 

 

 

News from Japan

Je fais les choses à l’envers et je prend des bonnes résolutions sans raison particulière le dernier jour du mois de novembre. Il faut croire que je déteste faire les choses comme tout le monde. Bref, pour résumer les choses simplement, il y aura du nouveau par ici ces prochains jours. Je suis du genre à avoir tellement d’idées qu’au lieu de les mettre en pratique je fais tout pour ne pas le faire, le genre à se retrouver coincée sous un kotatsu dont on ne veut plus sortir (cette partie est vraie par contre.) Le point positif d’être coincée sous le kotatsu est que c’est parfait pour se mettre à écrire, d’où ce retour inopiné.

I do things backwards and take New Year’s resolution without any real reason and to top on it all, on the last day of November. Seems like I hate to do things the normal way. Anyway, to put things simply, there’s going to be some news here over the next few days. I am the type who has so many idea that instead of actually putting them into practice, I do everything I can not to do it, the type that gets drowned into a kotatsu from which you don’t want to escape (that part is true though). The good thing about the kotatsu though is that it’s perfect to write, which explains this unexpected return.

Red maple leaf in Tokyo

Avant de partir dans des envolées lyriques, je pense devoir faire un résumé rapide de ces derniers mois. Déjà pour commencer je crois être tombée sur les deux profs les plus strictes et géniales de toute l’école. Je sais que c’est assez dur à croire qu’on puisse associer ces deux mots ensemble mais c’est la réalité. Si ces deux profs nous interdisent formellement de tomber malade, c’est aussi le premier trimestre depuis mes débuts en école de japonais où je ne m’ennuie pas en cours, c’est très agréable. Puisqu’on parle des études, je passe le JLPT N3 dimanche, je n’ai absolument rien fait mais puisque c’est le niveau de me classe je devrais m’en sortir. Au pire, c’est pas comme si j’en avais vraiment besoin non plus…

 

Before getting to the main part, I think I should write a brief summary of what has happened the last months. I think that this trimester, I have the strictest and most wonderful teachers of the whole school. I know that those two words are not supposed to go well together but that’s true. If we’re stricly forbidden to get sick, it’s also the first time since I started school that I don’t get bored in classes, it’s a really nice feeling. Since we’re talking about studies, I’m taking the JLPT N3 on Snuday, I haven’t opened a single book or studied anything but since that’s supposed to be the level we’re at in class, I should be able to pass. If worse comees to worse, it’s not like I really need it either …

 

A part ça, honnêtement, ma vie n’est pas très intéressante ces derniers temps. On est occupés (enfin surtout monsieur) à préparer un voyage express en France pour Noël, enfin quand je dis express c’est pour moi, pour les Japonais une semaine, c’est long. Je n’ai absolument aucune envie d’y aller mais ça fait plaisir à monsieur et à ma mère donc je vais faire un effort pour cette fois.

Aside from school, I don’t do much lately. We’re busy (well, mostly the Boyfriend) to prepare a small trip to France for Christmas, and when I say small, it’s for me, for a Japanese person, a week is long. I don’t really feel like going but the Boyfriend is happy and my mother is happy so I’ll do my best this time.

Ebisu in Christmas with Baccarat chandelier

J’ai envie de bidouiller un peu le design du blog qui n’a pas changé depuis que je l’ai ouvert il y a quelques années mais ça fait aussi des années que j’ai pas bidouiller ce genre de choses, du coup je crois qu’il va me falloir un peu plus de motivation que ça. See you !

I feel like changing the design of the blog a bit since it hasn’t changed since I opened it a few years ago, but it’s also been a few years since I haven’t done this kind of thing so I guess I’ll need a bit more motivation. In the meantime, see you next time!

Studying in Japan – 6 months after

J’ai une chose à dire, étudier le japonais au Japon c’est dur. Dans un sens c’est certes plus simple qu’en France mais de l’autre c’est nettement plus intense. Certes, on est totalement immergés mais être totalement immergé a un désavantage certain, le cerveau ne se repose jamais (ou presque), notamment quand on est très peu à parler la même langue dans l’école. Sans oublier que les cours sont plutôt intense. On va donc aujourd’hui faire un bilan de mes 6 derniers mois en école de langue au Japon.

I have one thing to say first, studying Japanese in Japan is hard. In a way, it’s easier than elsewhere but it’s also a lot more intense. It’s true that we’re completely inside the culture and  the language, but being so immersed also has bad sides, it means that your brain has close to no down time, especially if your school doesn’t have many people speaking your language. Not to forget that classes are quite intense. So, let’s start with a round-up of my last 6 months in a language school in Japan.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je rappelle que si je parle japonais plus ou moins couramment, dû à d’énormes lacunes au niveau de l’écriture, en gros je savais lire les hiragana et katakana et c’est tout, j’ai commencé au niveau débutant, ce qui n’a pas été une mauvaise chose. Bref, commençons le bilan.

I need to say first that if I can more or less fluently speak Japanese, due to huge gaps in my knowledge when it came to writing and reading, I could just read hiragana and katakana and that’s it, I started at the beginner’s level, which hasn’t been a bad thing. Anyway, let’s start.

+ 300 kanjis, leçon 41 des manuels Minna no Nihongo, des progrès énormes, surtout quand on part du niveau débutant. Si vous voulez apprendre le japonais et ne pouvez ou ne voulez pas partir longtemps, 6, voire 3 mois, peuvent déjà permettre une progression énorme.

– 300 kanjis, leçon 41 des manuels Minna no Nihongo. C’est 6 nouveaux kanjis à assimiler par jour de cours et une leçon du Minna en 2. Si c’est une bonne chose, ça peut aussi être une mauvaise, surtout si vous n’êtes pas prêts à mettre le boulot qu’il faut derrière. Les cours sont rapides, on est vite perdus. De nombreux étudiants choisissent soit de redoubler une classe, soit de passer dans une classe moins rapide (quand l’école en propose une). Ne se mentons pas, ces étudiants sont pour la majorité des Occidentaux n’ayant jamais étudié ou très peu le japonais. Ca ne veut pas dire pour autant que les étudiants Asiatiques sont épargnés, si le premier de ma classe est Chinois, la dernière de la classe l’est aussi (un miracle ayant eu lieu le jour de l’exam, je suis troisième). Tout ça pour dire que le japonais c’est dur pour tout le monde, ça l’est juste un peu plus quand on doit apprendre tout un nouveau système d’écriture en plus d’une nouvelle grammaire.

+300 kanjis, lesson 41 of the Minna no Nihongo books, a lot of progress, especially when you’re starting on the beginner’s level. If you want to learn Japanese and cannot or don’t want to leave for a long time, 6 or even 3 months can already be enough for major progress.

– 300 kanjis, lesson 41 of the Minna no Nihongo books. That’s 6 new kanjis to remember per every day of class and a lesson of the book in 2 days. If it’s a good thing for some it can also be a bad thing, especially if you’re not ready to work a lot outside of the classroom. The lessons are fast, you can get lost really fast. Many students choose either to repeat a class or to move in a slower class (if the school has one). Most of these students are from Western countries and have never or just a little, studied Japanese. It doesn’t mean it’s any less easier for Asian students, if the top student of my class is Chinese, the last one is too (incidentally, by some miracle, I’m third). All of this to say that Japanese is hard for everyone, it’s just a little harder when you have to learn a whole new way of writing as well as new grammar.

 

+ J’aime toujours autant vivre au Japon. Certes, ça n’a pas grand chose à voir avec les études mais c’est important d’être dans un bon état d’esprit. Etudier c’est bien, trop peut devenir un désastre.

– J’ai (un peu) le mal du pays. C’est pas tout à fait le mal du pays mais j’ai envie de vivre un peu à la campagne. Heureusement que j’arrive à y aller assez régulièrement pendant les vacances et les week-end mais ça ne remplace pas le mode de vie que l’on peut avoir quand on y vit.

+ I still love living in Japan. It might  not be completely related to studies but it’s important to be in a good state of mind. Studying is good, studying too much can become a recipe for disaster.

– I am (a bit) homesick. It’s not exactly being homesick but I want to live again for a while in the country. Thankfully I manage to go there a bit during breaks and the week-ends but it isn’t enough to make up for a whole way of life.

pruniers ume matsuri yushima tenjin

+ J’ai trouvé ce que je veux faire après. Bon ok, c’est pas encore pour tout de suite; pour 2018 en fait, mais du coup ça veut dire que je dois vraiment bosser ces examens d’entrée à l’université ET le JLPT ainsi que le TOEIC pour faire bonne mesure parce que le programme dans lequel je veux entrer dans l’université dans laquelle je veux entrer n’a que 60 places.

+ I have found what I want to do after I graduate. It’s not going to happen just yet, it’s going to happen in 2018 actually, but it also means I really need to study for those infamous university exams AND the JLPT AND the TOEIC since I’m at it because the program I want to get in in the university I want to get in only has 60 places.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
This is a hint …

En gros, 6 mois globalement positifs, carrément positifs même, mais, selon les objectifs de chacun, l’expérience peut ne pas convenir à tout le monde. Mon école a clairement pour but que tout le monde (au moins dans la classe rapide) obtienne le JLPT N1 et aille à l’université. C’est pas le but de toutes, d’où l’importance de bien choisir son école.

To sum things up, the last 6 months were positive, really positive, but depending on your objectives, the experience might not for everyone. My school clearly wants everyone (at least in the fast class) to get the JLPT N1 and move on to university. It’s not the case for all of them so it’s really important you really check the schools before deciding on one.

 

 

Going to the dentist in Japan

J’ai presque envie de résumer l’article en disant que c’est moins pire qu’en France mais ça ne vous donnerait pas envie de lire donc faites semblant de n’avoir rien lu et continuez un peu.

I almost want to write a summary and say that it’s less awful than in France but it’s not going to make you want to read so pretend you didn’t and keep reading for a bit.

 

Je vais commencer par raconter un peu mon expérience en France, elle a été, pour résumer simplement, détestable. Depuis que j’ai 4 ans j’y allais tous les 6 mois, tous les 6 mois (ou presque) j’avais des caries et tous les 6 mois (ou presque) j’ai été soignée sans anesthésie. Ca a duré plus de 10 ans après lesquels j’ai dis stop. Bref, maintenant, à 27 ans, je suis phobique mais parfois il faut se rendre à l’évidence, certaines choses sont nécessaires. Ok, j’avais une rage de dent phénoménale et j’étais totalement incapable de faire quoi que ce soit.

I’ll start by telling you a bit about my experience in France, it has been, to summarize simply, absolutely awful. From the day I was 4 I went to the dentist every 6 months, every 6 months or nearly I had cavities and every 6 months or nearly I was treated without anesthesia. After 10 years of this I said no more. Now at 27, I am so afraid of going to the dentist that I have some of the symptoms of a panick attack. Unfortunately, sometimes, some things are necessary. Well, OK, one of my tooth hurt so much I couldn’t do anything else but writhe in pain on the couch.

 

En tant qu’étranger, on galère. J’ai pas de téléphone donc j’ai tenté une première approche en allant à la réception de cabinets autour de chez moi pour prendre rendez-vous (avec mon copain en plus, japonais donc) pour être confrontée à une réponse polie comme quoi le carnet de rendez-vous était plein. Mon oeil.
Bref, pour résoudre le problème j’ai finit par demander gentiment à chéri de me prendre rendez-vous dans le cabinet où il a ses habitudes et de préciser qu’il viendrait avec moi et c’est passé comme une lettre à la poste. Bien sûr, si j’avais choisi un dentiste de la liste d’une ambassade ce serait certainement mieux passer mais j’ai déjà pas envie d’aller chez le dentiste à la base, si en plus j’ai du chemin ça va pas le faire.

As a foreigner, as usual, it’s hard. I don’t have a phone so I tried going to the reception of the offices around my place to get an appointment. I even took my (Japanese) BF only to be met with the polite answer they were full. Which I don’t believe a second.
To solve the problem I asked BF to make the call for me where he usually goes, when he said I was an exchange student they asked if he were coming with me, he said yes and there was no problem anymore. Of course, if I had gone to one of the dentists of the embassy list I would have had less problems but since I don’t want to go in the first place, if I have to go to the other side of the city, it’s just not going to work.

 

Après toutes ces aventures, rendez-vous pris, stress (on rappelle que la Kuuki est phobique), j’arrive dans le cabinet. Agréable surprise, ça ne sent pas l’hôpital (bah oui, c’est important) mais c’est propre. La réceptionniste est adorable, j’explique à l’assistante que je suis super phobique, elle me rassure et me distrait (vive mon japonais). J’ai sacrément le temps d’observer le cabinet parce que j’ai pas mal attendu entre chaque partie du processus. C’est propre, relativement agréable, presque comme à la maison. J’avais lu pas mal de témoignages sur la propreté relative des cabinets et j’ai trouvé les instruments beaucoup plus propres que ce dont j’avais l’habitude. Enfin en tout cas, tout est sorti devant moi d’une poche stérile.

After all these adventures, appointment taken, stress (remember earlier), I’m coming into the office. Nice surprise, it doesn’t smell like an hospital (it’s important) but it’s clean. The receptionist is wondeful, I explain to the assitant that I’m really stressed, she tries reassuring me and distracts me (yeah for my Japanese). I really have the time to observe around me because I waited quite a lot between every part of the process. It’s clean, not that scary, almost like home. I’ve read a lot of things about how it’s not usually that clean but I have found the instruments a lot cleaner than what I was used to. Well, at least everything was gotten out of a steril poach before me.

 

Après examen, radio, je vois enfin le dentiste (pour genre 5-10 minutes, sur une heure). Il m’annonce qu’il va m’arracher une dent de sagesse, me fait une piqûre (ma première ! quelle émotion !) et m’arrache ma molaire. Bilan de l’aventure ? Aucune douleur, absolument aucune, ni pendant, ni après. Et je suis presque guérie de ma phobie. Je dis presque parce que j’ai toujours un peu la boule au ventre avant d’y aller mais au moins j’y vais et je suis satisfaite du bilan de l’aventure.

After an exam, X-Ray, I finally see the dentist (for like 5-10 minutes, out of an hour). He tells me he’s going to take the tooth out, makes an injection (my first one, such emotion!) and take it it. How was the adventure? No pain, not a single hint of it, not during it, not after. I might even be cured from my fear. Nearly though because my stomach still hurts before going but at least I’m going and the adventure could have been worse.

 

Dealing with death as an expat

J’ai pas l’habitude d’annoncer ce genre de nouvelles à la face du monde, j’ai pas tendance à en faire un secret non plus mais disons que c’est pas le genre de choses qui vient normalement dans une conversation et si ça vient, un blanc arrive dès que j’ai finit de parler. Pour dire les choses clairement, ma grand-mère est morte le mois dernier et j’ai un mal de chien à gérer la chose.

I don’t usually tend to scream this kind of news at the world’s face, I don’t usually make it a secret either but it’s not exactly the kind of things that come naturally in conversations. And even if it does come no one speaks a word as soon as I finish. To put things clearly, my grnad mother died last month and I really have a hard time dealing with it.

 

C’est pas la première fois que je vis la perte d’un proche mais c’est la première fois que je le vis de loin et ça, ça change tout. Pour remettre les choses dans leur contexte, ma grand-mère avait 98 ans, je suis rentrée en France à la fin de mon working holiday en partie parce que je savais que ça risquait de se produire, ça ne m’empêche pas d’avoir du mal à gérer la chose.

It’s not exactly the first time I have to face the loss of someone close to me but it’s the first time I live it from afar and it changes everything. To put things into context, my grand mother was 98, I went back to France after my working holiday in part because I thought something like this could happen, it doesn’t make it easier.

 

J’ai lu des conseils sur le net qui disent généralement de “parler de ça avec des gens” ou de “participer à la cérémonie autant qu’on peut” ou “de parler du mort avec les gens qui le connaissait”. Ca aurait pu marcher, ce ne sont pas de mauvais conseils parce que c’est vrai que le plus dur c’est d’accepter la réalité de la chose. Sauf que mon problème n’est pas là, j’ai bien accepté la chose, je veux dire que je savais que ça arriverait, je ne ressens pas de culpabilité non plus, j’ai dis au revoir quand je suis revenue au Japon.

I have read some advice on the net, it’s usually things like “talk about it with people” or “try to take part in the ceremony as much as you can” or even to “talk about the person you lost with people who knew them”. It could have worked, these aren’t bad advices because it’s true that the hardest is to accept it actually happened. Except that it isn’t my problem, I accepted it, I knew it would happen, I don’t feel guilty either, I said goodbye properly when I came back to Japan.

 

En fait je crois que mon plus gros problème dans cette histoire c’est que personne autour de moi n’a l’habitude de ce genre de choses. La communauté des expatriés est jeune et, même les moins jeunes, ont uniquement eut des expériences de pertes de grands-parents desquels ils n’étaient plus proches depuis longtemps alors que j’ai vécu avec ma grand mère dans la maison toute ma vie. Mes amis japonais sont dans le même cas, même à plus de 40 ans. Ils ne vivent pas la mort de quelqu’un de la même façon que nous non plus.

My biggest problem this time is that no one around me is used to this kind of things. Many expats are young and even the less young pretty much only experienced loosing grand parents they weren’t close with for a long time while I lived all my life in the same house as my grand mother. My japanese friends are the same, even at 40. They don’t deal with death the same we do in France as well.

 

Dans ma famille, aller à un enterrement veut dire être entouré de gens qui comprennent mon problème et qui savent que non, c’est pas juste la mort d’une personne qu’on commémore aujourd’hui mais également celle de tous les autres avant elle. Et c’est la chose que je n’arrive pas à faire comprendre aux gens autour de moi et qui fait que je me sens plus seule que jamais. C’est peut être ce qui rend la chose plus lointaine que jamais. C’est peut être aussi ce qui me rend les choses difficiles à accepter, c’est pas tant la mort en elle-même que le fait de ne pas avoir été là pour soutenir ma famille alors que je sais à quel point ces moments là sont durs.

In my family, going to a funeral means being in the middle of people who know my problem and know that no, it’s not just one funeral, it’s also the funeral of everyone before. It’s the thing I just can’t explain to people around me and that makes me lonelier than ever. It also may be the thing that makes it feel like something far away from me. It may be the thing that makes it so hard to accept, it’s not the death itself but the fact I wasn’t there to support my family when I know this kind of moments are so hard.

 

Dans un sens j’ai de la chance, j’ai beau me plaindre d’être toute seule, mon copain est adorable et tente de comprendre du mieux qu’il peut mais ça reste le genre de moment dur à gérer peu importe où qu’on soit dans le monde. Le fait d’être loin coupe juste de certains moyens qui normalement sont là pour aider à justement ne pas se sentir seul et pour se laisser le droit de pleurer. Finalement, on est tous différent et chacun doit réussir à trouver des substituts à ce qu’on aurait à la maison et écrire un post de blog est peut-être le moyen qui me correspond.

In a way, I’m lucky, I might complain that I feel lonely but my boyfriend is adorable and try to understand the best he can, but it’s the kind of moment that’s hard to deal with whereever you are in the world. The fact you’re far away just keeps you away from the usual means with which you usually try to coope. In the end, I guess everyone has to find a substitute of what we’d have at home to deal with it efficiently and writing a blog post might have been just the one I needed.