Diving in Japan: Getting the license

Si vous suivez un peu mes aventures régulièrement vous aurez pu voir l’apparition d’un nouveau thème récurrent, la plongée. Si c’est la première fois que vous entendez parler de plongée ou que ça ne vous a jamais intéressé avant ce sera peut être la première fois que vous entendrez parler de la première étape nécessaire à la pratiquer de la plongée : il faut passer un examen et obtenir une licence.

If you follow my adventures regularly you might have witnessed the appearance of a new theme in my ramblings, diving. If it’s the first time you hear about diving or if you never were interested before it might be the first time you hear about the first step needed to be able to dive : an exam and getting a license.

 

Vous vous dites probablement que comme on est au Japon il va vous falloir parler japonais. Eh bien figurez vous que non, il existe des endroits où on peut tout faire en … anglais. Comme ici ou ici. Désolée mais les choses disponibles en français au Japon sont rares, rien que pour l’anglais c’est déjà assez compliqué. Pour la plongée en français, la Thaïlande c’est bien aussi.

And you probably think that since my adventures are set in Japan we’re going to need to speak Japanese. Well, fear not, we doesn’t, there are places where you can do everything in English. Like here or here.

 

Sinon, vous avez la possibilité de faire comme j’ai fait. En gros séparer la théorie de la pratique. Au lieu de passer 2 jours intenses soit dans l’eau, soit dans une salle de classe à faire un examen, vous passerez 2 jours intenses dans l’eau et autant de temps que vous aurez besoin à étudier. Je vous explique.

Or you can do it like I did. Separating the theory and practise. Instead of spending 2 intense days either in a classroom or in water, you’ll spend 2 intense days in water and as much time as you need to study. I’ll explain.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

PADI, un des grands organisme de formation reconnu pour la plongée propose des cours en ligne dans d’innombrables langues, dont le français. J’ai donc étudié religieusement mes vidéos de cours et passer mes examens brillamment. C’est tout à fait faisable en une journée même si on digère nettement moins facilement les informations si on tente d’en faire trop d’un coup, rappelez vous votre état à la fin d’une journée de cours.

PADI, one of the big formation center for diving has online classes in many languages, French being among them. Thus I studied my classes videos and passed my exams brillantly, all of this online. You can do everything in one day even if you don’t remember informations a lot less easily if you try to cram too much at once. Just think back about how you were after a day of classes.

 

Ensuite j’ai passé 2 jours à Okinawa à suivre des cours, en japonais ceux-là, parce que je comprend assez et que mon instructeur, que je traite de sadique depuis que je le connais, est un bon instructeur. La preuve, même après l’avoir traité de sadique, j’ai obtenu ma magnifique licence et j’ai plus qu’une idée en tête, passer la suite, alors que j’étais terrifiée il y a même pas 6 mois.

Next, I spent 2 days in Okinawa attending classes, these in Japanese, because I understand enough and because my instructor, whom I call a sadist ever since I met him, is a good instructor. The ultimate proof is that I got my license even after saying he was a sadist and since then I only have on idea in mind, taking the next step, while 6 months ago I was terrified.

 

DSCN0912

 

Cela dit, je vais quand même me permettre des petits conseils :
– on essaie vraiment de retenir les cours, si toute la théorie n’est pas indispensable c’est là pour une raison
– on ne se laisse pas impressionner par tous les dangers décrits dans les cours, je sais que ça fait peur mais connaître les dangers est un grand pas pour les éviter
– on choisit bien son centre de plongée et si on peut son instructeur. C’est pas le moment d’être regardant sur les prix, un prix bas peut vouloir dire un matériel mal entretenu ou vieillot et/ou un personnel mal payé. De même, si vous êtes comme moi, terrifié, un instructeur expérimenté sera mieux qu’un instructeur qui débute.

That being said, I’ll write some advices:
– Really do try to remember the classes, even if everything isn’t absolutely needed at first, it’s there for a reason
– Try not to be too afraid by all the dangers talked about in the classes, I know it’s scary but knowing about what’s dangerous is good to avoid them
– choose your diving center and, if you can, your instructor well. It’s not the time to be fussing about price, a low price might mean bad or old equipment and/or badly paid workers. And, if you’re as terrified as I was, an experimented instructor is going to be a lot better than one who’s just starting.

 

C’est donc ainsi que je suis entrée dans le monde très fermé (et apparemment plutôt alcoolisé) des plongeurs. La suite de la série au prochain épisode !

And so that’s how I got into the closed (and apparently alcohol loving) world of divers. To be continued in the next episode!

Advertisements

4 thoughts on “Diving in Japan: Getting the license

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s