My life (not) in Japan #18

C’est drôle comme on reprend vite certaines habitudes quand on revient dans un environnement connu. C’est dingue aussi comme on se rend compte parfois que certaines choses restent immuables alors que nous on a tellement changé.

It’s strange how some habits come back when you go back somewhere you know. It’s strange too how you realize some things never change when you, on the contrary, have changed so much.

 

Que vous l’ayez compris ou non je suis actuellement en France et rien n’a changé. Fondamentalement rien du tout n’a changé, les circonstances auraient été différentes ça m’aurait moins choquée mais vu tout ce qu’il se passe j’aurais au moins espéré des tentatives de changement. Bah non. L’impression que j’ai en fait c’est d’être une toupie, de changer vite et de bouger alors que mon environnement reste le même. Et ça fait peur.

Whether you understood or not, right now I’m in France and nothing has changed. Absolutely nothing has changed. Things would be different I wouldn’t be that shocked but when you look at everything that happens I would have at least thought I’d see some attempts at change. Nope. The impression I have is that I’m moving by myself when everything around stays the same. And it’s scary.

 

C’est le cas globalement et c’est le cas aussi pour ma vie privée. J’ai beau voir des amis, je sens la différence, je la sentais déjà avant mais là c’est pire alors que pourtant quand j’y pense je me rapproche de leur style de vie. C’est assez bizarre à expliquer mais j’ai l’impression de ne plus rien avoir à dire et que, quand je dis quelque chose, tout le monde s’en fout. Ca fait mal d’un côté. De l’autre je suis triste pour eux. J’ai l’impression qu’ils restent bloqués dans leur monde et qu’ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils ratent autour d’eux. Cela-dit, c’est pas mon problème.

It’s the case for the world and it’s the case for my private life too. I meet with friends and I see the difference, I could feel it before but now it’s even worse while it shouldn’t because my life style gets closer to theirs. It’s a bit hard to explain but it feels like I have nothing left to say and that when I do say something no one cares. In a way it hurts. In another way I’m sad for them. It feels like they are stuck in their own world and don’t realize what’s around and what they’re missing. That being said, it’s not my problem.

 

Finalement, je sais pas trop comment résumer cette semaine. C’était pas positif, c’était pas négatif non plus, j’ai l’impression d’être un peu en transit et de flotter un peu au dessus de tout, l’impression de pas être chez moi ici, tout en sachant que je serais jamais entièrement chez moi là-bas. Je me suis rendu compte finalement que là où je me sens le plus chez moi c’est dans l’appart au Japon, une fois la porte fermée, sous le kotatsu ou dans la cuisine, finalement ce qui compte le plus dans l’histoire c’est pas l’endroit où on se trouve mais son état d’esprit et les gens avec qui on est.

I don’t really know how to sum this week up. It wasn’t positive, it wasn’t negative either. I feel like I’m in transit, that I’m floating above everything. I feel like I’m not home here anymore and I know that I’ll never be completely home over there either. I realized that the place I really feel home is at the appartment in Japan, once the door is closed, under the kotatsu or in the kitchen. In the end, what’s really important isn’t the place where you are but how you feel and who you are with.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s